Accueil

Par le biais du regroupement familial, les Belges, les citoyens européens, et même les citoyens de pays tiers en séjour légal en Belgique ont le droit de se faire accompagner ou rejoindre par certains membres de leur famille. Principalement, il s’agit des époux, des partenaires enregistrés et des enfants.

La preuve du lien de filiation ou d’alliance est ainsi la clé de voûte, l’élément essentiel de l’accès au droit au regroupent familial. Ce n’est que lorsque ce lien est prouvé que la demande de regroupement familial peut être introduite et analysée.

Tant la loi belge du 15 décembre 1980[1] que l’arrêté royal du 8 octobre 1981[2] qui en découle, mais aussi les réglementations européennes (en particulier la Directive 2003/86[3] et la Directive 2004/38[4]) détaillent la façon dont ce lien doit être démontré.

Nos analyses récentes

article thumbnailPar le biais du regroupement familial, les Belges, les citoyens européens, et même les citoyens de pays tiers en séjour légal en Belgique ont le droit de se faire accompagner ou rejoindre par...
article thumbnailLe contentieux relatif au retrait du statut de réfugié pour motifs d'ordre public a longtemps été tenu en suspens, dans l'attente d'un arrêt de la Cour de justice de l'Union européenne en réponse...
article thumbnailInscription dans les registres, établissement, séjour, domiciliation, résidence principale, habituelle ou effective, … Même pour un professionnel, il est particulièrement ardu de s’y retrouver parmi ces...

Des questions juridiques ?

Trouvez des explications claires sur les conditions et procédures en matière de séjour, asile, travail, nationalité, famille, etc.

Voir nos fiches pratiques