Demandeur doublement lesé ? Constats sur la prise en considération actuelle de la vulnérabilité et des violences subies en chemin lors d’une procédure de protection internationale

par Laura Jouveneau |

Le parcours d’un demandeur d’asile est parsemé d’embûches : dès le départ de son pays d’origine jusqu’à la reconnaissance d’une protection dans un pays d’accueil tel que la Belgique, le migrant est confronté à toutes sortes de dangers. Toutefois dans la pratique il n’est tenu compte que des persécutions qui se sont produites dans le pays d’origine. Or, en refusant de voir le demandeur tel qu’il se présente, empreint de vulnérabilité liée spécifiquement aux violences subies lors de son parcours migratoire, et en refusant de prendre en compte ces violences, c’est comme si le pays d’accueil/la Belgique excusait tout ce qui s’était passé lors du voyage. Par le biais d’un examen approfondi du cadre légal et de sa mise en pratique, nous verrons que des solutions peuvent être dégagées, permettant aux autorités de prendre en considération la vulnérabilité d’un migrant dans sa globalité.